Taux de retour énergétique : J.M. Jancovici dans l’erreur ?

Vidéo

Sources

La vidéo d’Osons Causer sur Jean-Baptiste Fressoz relève d’une logique similaire et devrait vous plaire.

Articles principaux que j’ai utilisé :
– Murphy, D. J., Raugei, M., Carbajales-Dale, M., & Rubio Estrada, B. (2022). Energy return on investment of major energy carriers: Review and harmonization. Sustainability, 14(12), 7098.
– Brockway, P. E., Owen, A., Brand-Correa, L. I., & Hardt, L. (2019). Estimation of global final-stage energy-return-on-investment for fossil fuels with comparison to renewable energy sources. Nature Energy, 4(7), 612-621.
– Slameršak, A., Kallis, G., & O’Neill, D. W. (2022). Energy requirements and carbon emissions for a low-carbon energy transition. Nature communications, 13(1), 6932.
– Delannoy, L., Auzanneau, M., Andrieu, B., Vidal, O., Longaretti, P. Y., Prados, E., … & Hall, C. (2023). Emerging consensus on net energy paves the way for improved integrated assessment modeling.
– Le rapport de RTE Futurs Énergétiques 2050 (février 2022)
Le troisième groupe de travail du sixième rapport du GIEC mentionne peu le taux de retour énergétique. Pour la partie sur le potentiel des renouvelables, je m’appuie sur la figure 7 et le point C12 du résumé à l’intention des décideurs
Mitigation options costing USD100 tCO2-eq–1 or less could reduce global GHG emissions by at least half the 2019 level by 2030 (high confidence).

Deux très bons article de vulgarisation :
Évolution historique et tendancielle de l’EROI du pétrole et du gaz – Annales des Mines
Overview of the EROI, a tool to measure energy availability through the energy transition – Kevin Pahud & Greg de Temmerman

Données sur les différentes sources d’énergie :
Définitions sur l’énergie primaire/secondaire/finale/utile, Our World In Data
Quantités de ressources fossiles utilisées par l’humanité, Hannah Ritchie
Production d’électricité en Europe, Our World In Data. Pour l’Union Européenne, je me suis directement servi des données fournies par Ember dans sa Revue de l’électricité 2023 pour l’Europe.
Production d’électricité en Chine, Our World In Data 
Production d’électricité dans le monde, Our World In Data
Énergie primaire dans le monde, Our World In Data 
La méthode de substitution, Our World In Data (et des résultats obtenus avec cette méthode par le chercheur Peter Glens).
– Vitesse de déploiement des renouvelables: de belles figures (avec un axe logarithmique). et un autre exemple.

Pour aller plus loin sur les conventions dans le monde de l’énergie:
Beyond Primary Energy, Zenon
– Solomon, A. A., Manjong, N. B., & Breyer, C. (2023). The necessity to standardise primary energy quality in achieving a meaningful quantification of related indicators. Smart Energy, 12, 100115.

Sur le taux de retour énergétique agrégé :
– Slameršak, A., Kallis, G., & O’Neill, D. W. (2022). Energy requirements and carbon emissions for a low-carbon energy transition. Nature communications, 13(1), 6932. Un autre article s’en rapproche sans évoquer le taux de retour énergétique: Lesk, C., Csala, D., Hasse, R., Sgouridis, S., Levesque, A., Mach, K. J., … & Horton, R. M. (2022). Mitigation and adaptation emissions embedded in the broader climate transition. Proceedings of the National Academy of Sciences, 119(47), e2123486119.
– Jacques, P., Delannoy, L., Andrieu, B., Yilmaz, D., Jeanmart, H., & Godin, A. (2023). Assessing the economic consequences of an energy transition through a biophysical stock-flow consistent model. Ecological Economics, 209, 107832. (Les pertes électriques y sont comptées comme des investissements, ce que je pense discutable).
– Avec une approche économique (plus historique intéressant en début de papier): White, E., & Kramer, G. J. (2019). The changing meaning of energy return on investment and the implications for the prospects of post-fossil civilization. One earth, 1(4), 416-422

Prise en compte du stockage:
– Raugei, M., Leccisi, E., & Fthenakis, V. M. (2020). What are the energy and environmental impacts of adding battery storage to photovoltaics? A generalized life cycle assessment. Energy Technology, 8(11), 1901146.
– Raugei, M., Peluso, A., Leccisi, E., & Fthenakis, V. (2020). Life-cycle carbon emissions and energy return on investment for 80% domestic renewable electricity with battery storage in California (USA). Energies, 13(15), 3934.
– Sgouridis, S., Carbajales-Dale, M., Csala, D., Chiesa, M., & Bardi, U. (2019). Comparative net energy analysis of renewable electricity and carbon capture and storage. Nature Energy, 4(6), 456-465.

Exemple de controverse où un papier de mauvaise qualité (pourtant beaucoup utilisé !) se fait durement critiquer par la communauté du taux de retour énergétique.
– Weißbach, D., Ruprecht, G., Huke, A., Czerski, K., Gottlieb, S., & Hussein, A. (2013). Energy intensities, EROIs (energy returned on invested), and energy payback times of electricity generating power plants. Energy, 52, 210-221.
– Raugei, M. (2013). Comments on » Energy intensities, EROIs (energy returned on invested), and energy payback times of electricity generating power plants »-Making clear of quite some confusion. Energy, 59, 781-782.
– Weißbach, D., Ruprecht, G., Huke, A., Czerski, K., Gottlieb, S., & Hussein, A. (2013). Reply on “Comments on ‘Energy intensities, EROIs (energy returned on invested), and energy payback times of electricity generating power plants’ – Making clear of quite some confusion”  Energy, 68, 1004-1006.
– Raugei, M., Carbajales-Dale, M., Barnhart, C. J., & Fthenakis, V. (2015). Rebuttal:“Comments on ‘Energy intensities, EROIs (energy returned on invested), and energy payback times of electricity generating power plants’–Making clear of quite some confusion”. Energy, (82), 1088-1091. Article concluant:
In conclusion, we cannot help but reiterate here Raugei’s previous conclusions that “in the light of all of the above, there appears to be ample reason to question the reliability of the authors’ numerical results, and, most importantly, their internal as well as external comparability to those produced by previously published studies.” In addition, the authors make a number of physically impossible statements, such as “only exergy is generated and destroyed” [[3], p. 212] (exergy can only be destroyed, never created), which could be forgiven as a typographical error (though suggesting a lack in methodological rigour) were it not for the fact that it was compounded four sentences later with discussion of ”generated exergy” suggesting (perhaps even worse) that the authors lack a fundamental grasp of basic thermodynamics, further underlining the need to question the original analysis. Finally, Weißbach et al.’s defence of their untenable assertions by setting up straw man arguments and misinterpreting and misquoting Raugei’s comments comes across as a worrying indication of their seeming lack of familiarity with scientific standards and widely accepted methodological conventions. 

Autre exemple de controverse:
– Ferroni, F., & Hopkirk, R. J. (2016). Energy Return on Energy Invested (ERoEI) for photovoltaic solar systems in regions of moderate insolation. Energy policy, 94, 336-344.
– Raugei, M., Sgouridis, S., Murphy, D., Fthenakis, V., Frischknecht, R., Breyer, C., … & Stolz, P. (2017). Energy Return on Energy Invested (ERoEI) for photovoltaic solar systems in regions of moderate insolation: A comprehensive response. Energy Policy, 102, 377-384.

En plus des sources déjà référencées, quelques papiers supplémentaires:
Sur le charbon:
– Référence ancienne mais intéressante: Spath, P. L., Mann, M. K., & Kerr, D. R. (1999). Life cycle assessment of coal-fired power production (No. NREL/TP-570-25119). National Renewable Energy Lab.(NREL), Golden, CO (United States).
– Wu, X. D., Xia, X. H., Chen, G. Q., Wu, X. F., & Chen, B. (2016). Embodied energy analysis for coal-based power generation system-highlighting the role of indirect energy cost. Applied energy, 184, 936-950.
Sur l’éolien:
– Huang, Y. F., Gan, X. J., & Chiueh, P. T. (2017). Life cycle assessment and net energy analysis of offshore wind power systems. Renewable Energy, 102, 98-106.
– Bonou, A., Laurent, A., & Olsen, S. I. (2016). Life cycle assessment of onshore and offshore wind energy-from theory to application. Applied Energy, 180, 327-337.
– Fonseca, L. F. S., & Carvalho, M. (2022). Greenhouse gas and energy payback times for a wind turbine installed in the Brazilian Northeast. Frontiers in Sustainability, 3, 160.
Une analyse du cycle de vie de Vestas (2022) (littérature grise mais pas mal d’informations intéressantes, une des meilleures sources sur le sujet à mon avis).
– Quantification plus basse pour l’éolien à large échelle en Chine: Feng, J., Feng, L., Wang, J., & King, C. W. (2020). Evaluation of the onshore wind energy potential in mainland China—Based on GIS modeling and EROI analysis. Resources, Conservation and Recycling, 152, 104484.
– Valeurs plus basses ici: Dupont, E., Koppelaar, R., & Jeanmart, H. (2018). Global available wind energy with physical and energy return on investment constraints. Applied Energy, 209, 322-338.
Commentaire: Données des sources datées (2002-2009). Conversion de l’électricité en énergie primaire.
Pour le photovoltaïque:
– Fthenakis, V., & Leccisi, E. (2021). Updated sustainability status of crystalline silicon‐based photovoltaic systems: Life‐cycle energy and environmental impact reduction trends. Progress in Photovoltaics: Research and Applications, 29(10), 1068-1077.
– Dupont, E., Koppelaar, R., & Jeanmart, H. (2020). Global available solar energy under physical and energy return on investment constraints. Applied Energy, 257, 113968. (Évaluation un peu plus basse mais montre le potentiel mondial et donne des quantifications supérieures à la production électrique par les fossiles).
Sur le nucléaire:
– King, L. C., & Van Den Bergh, J. C. (2018). Implications of net energy-return-on-investment for a low-carbon energy transition. Nature energy, 3(4), 334-340.
– Kis, Z., Pandya, N., & Koppelaar, R. H. (2018). Electricity generation technologies: Comparison of materials use, energy return on investment, jobs creation and CO2 emissions reduction. Energy Policy, 120, 144-157.
Energy Return on Investment – World Nuclear Association.
– Taux de retour énergétique calcul page 105 d’un numéro de la Société Français de l’Énergie Nucléaire.

Même dans la littérature récente, certains auteurs trouvent des résultats en contradiction avec le reste de la littérature et, donc, cette vidéo. Je pense notamment à Iñigo Capellán-Pérez et Carlos de Castro:
– Capellán-Pérez, I., De Castro, C., & González, L. J. M. (2019). Dynamic Energy Return on Energy Investment (EROI) and material requirements in scenarios of global transition to renewable energies. Energy strategy reviews, 26, 100399.
Commentaire: Les valeurs pour les taux de retour énergétique des technologies de production électrique à partir de ressources fossiles semblent très hautes. Malheureusement, je n’arrive pas à comprendre d’où viennent les valeurs des fossiles à la lecture de l’article. L’évaluation pour les fossiles et pour les renouvelables n’a pas l’air de prendre les mêmes choses en compte. À cela s’ajoute les discussions méthodologiques habituelles (périmètre de l’Eroi,ext discutable, évaluation qui rate le saut d’efficacité entre l’énergie finale et l’énergie utile, prise en compte du stockage discutable… etc).
-de Castro, C., & Capellán-Pérez, I. (2020). Standard, point of use, and extended energy return on energy invested (EROI) from comprehensive material requirements of present global wind, solar, and hydro power technologies. Energies, 13(12), 3036.
Commentaire: Il aurait fallu comparer avec les technologies fossiles en appliquant la même méthodologie pour voir si les renouvelables s’en sortent moins bien. Cette étude seule ne permet pas de déduire quoi que ce soit. Vu ce que j’ai trouvé sur les ressources fossiles, je serai même tenté de croire que prendre l’approche de cet article en actualisant les données des renouvelables et en l’appliquant aussi aux ressources fossiles montrerait que les taux de retour énergétiques des renouvelables et supérieures à celui des fossiles.

Méthodologie:
– Carbajales-Dale, M. (2019). When is EROI not EROI?. BioPhysical economics and resource quality, 4(4), 16. (Voir Figure 1 pour évolution du taux de retour énergétique dans le temps).
– Brandt, A. R., & Dale, M. (2011). A general mathematical framework for calculating systems-scale efficiency of energy extraction and conversion: energy return on investment (EROI) and other energy return ratios. Energies, 4(8), 1211-1245.
– Murphy, D. J., Hall, C. A., Dale, M., & Cleveland, C. (2011). Order from chaos: a preliminary protocol for determining the EROI of fuels. Sustainability, 3(10), 1888-1907.

Historique :
– Rana, R. L., Lombardi, M., Giungato, P., & Tricase, C. (2020). Trends in scientific literature on energy return ratio of renewable energy sources for supporting policymakers. Administrative Sciences, 10(2), 21.

Sur le taux de retour énergétique des produits pétroliers:
– Brandt, A. R., Yeskoo, T., & Vafi, K. (2015). Net energy analysis of Bakken crude oil production using a well-level engineering-based model. Energy, 93, 2191-2198.
– Brandt, A. R., Sun, Y., Bharadwaj, S., Livingston, D., Tan, E., & Gordon, D. (2015). Energy return on investment (EROI) for forty global oilfields using a detailed engineering-based model of oil production. PloS one, 10(12), e0144141.
– Guay-Boutet, C. (2023). Estimating the Disaggregated Standard EROI of Canadian Oil Sands Extracted via Open-pit Mining, 1997–2016. Biophysical Economics and Sustainability, 8(1), 2.

Autres:
Flux d’exergie
– Il est probable qu’un blog The Oil Drum ait joué un rôle important dans la construction de l’idée que j’attaque ici.
– Voir Figure 2.5 et Figure 2.15 du rapport https://www.ipcc.ch/sr15/ pour comprendre les scénarios montrés dans la partie sur le taux de retour agrégé.

9 réflexions au sujet de “Taux de retour énergétique : J.M. Jancovici dans l’erreur ?”

  1. Cher Réveilleur,
    Merci beaucoup pour cet excellent travail.
    Cependant, je souhaiterais attirer votre attention sur la très forte imperfection de l’EROEI dès lors que l’on se préoccupe de soutenabilité planétaire. C »est la raison pour laquelle j’ai introduit dans mes enseignements aux environs de 2010 (ENS Cachan et Rennes), la notion d’EROEI soutenable ‘EROEI_sust ». Si vous voulez vous donner la peine, je vous propose de lire cet article en ligne sur le site Eduscol des ENS de Paris-Saclay et de Lyon :
    « Conversion d’énergie et efficacité énergétique » datant de 2018. Il est accessible ici (en ligne ou au format pdf) ; https://eduscol.education.fr/sti/si-ens-paris-saclay/ressources_pedagogiques/conversion-denergie-et-efficacite-energetique
    Au plaisir d’échanger avec vous.
    Bien cordialement

    Répondre
  2. Bonjour,
    grâce à Linkedin je viens de commencer à regarder ta vidéo, elle est longue et je la terminerai ce soir. Mais, dans le raisonnement des tenants de l’EROEI, je retrouve un fois encore ce biais permanent : l’absence de notion de stock et de flux, en matière d’énergie.
    L’analogie la plus simple est la nourriture; mesurer la performance du déstockage du frigo sans se soucier de l’ensemble de la chaine alimentaire, est tout simplement stupide. Grosso modo les stocks fossiles d’énergie carbonées se sont créés entre 500 000 et quelques millions d’années et les stocks de minerais (dont l’uranium) ont été rendus accessibles à la suite de cycles orogéniques (plissements, soulèvements de couches profondes = montagnes). Le plus récent est le cycle alpin (-65 Ma à aujourd’hui). Il se rappelle parfois, à notre bon souvenir avec quelques bonnes secousses.
    Le déstockage d’énergie est un sujet qui possède sa temporalité (génération/exploitation) et a des conséquences qui méritent « a minima » discussions, tandis que la gestion de l’énergie fluctuante (que je souhaite durable) est un tout autre sujet. Je ne suis pas un expert en communication, mais j’ai essayé, du mieux que j’ai pu, d’expliquer tout cela dans cette vidéo : https://vimeo.com/814199060?share=copy
    En matière d’énergie comme pour d’autres sujets, il y a ce travail préalable et nécessaire, d’analyse et de séparation du signal et du bruit. Merci, par tes analyses de contribuer à éclairer ce sujet de l’énergie, si mal traité.

    Répondre
  3. bonjour, negawatteur de la premiere heure, je remercie le reveilleur pour ce travail de qualité !
    pour le nucleaire, il faudrait considérer pour l’energie investie dans la phase primaire , celle pour l’extraction, celle pour l’enrichissement, et la creation des pastilles d’uranium qui seront insérées dans les crayons dans le coeur des centrales….non ?

    Répondre
  4. et l’investissement energetique pour demanteler, transporter, retraiter (en partie), puis enterrer ou entreposer (quand le demantèlement de Brennilis, la plus petite centrale nucleaire française devait durer 25 ans et coûter…..?)

    Répondre
  5. Bonjour Rodophe,

    Tu cites à raison l’article de Delannoy & all « Emerging consensus on net energy paves the way for improved integrated assessment modeling ». Mais celui-ci montre tout l’intérêt de la notion d’EROI, ce qui est, il me semble, le contraire de ta conclusion.

    Tu n’as pas mentionné les travaux de Vaclav Smil, qui a commencé à travailler sur le sujet bien avant ‘the oil drum » et les a peut-être inspirés (ses livres ont eu des diffusions importantes).
    Il doute lui aussi, comme Jancovici, que les EnR seules pourront produire en quantité suffisante les piliers de nos sociétés modernes (complexes) que sont l’acier, le ciment, le plastique, l’ammoniac et le transport de marchandises. Ce n’est pas seulement une question d’EROI , qui est un paramètre secondaire pour ce point.
    Je pense donc que, en montrant à juste titre des erreurs concernant le calcul de celui-ci, tu n’infirme pas pour autant l’affirmation de Jancovici que tu mets en exergue (« renouvelable = pas de société complexe »).
    Le sujet d’une nouvelle vidéo ?

    Amitiés, T.

    Répondre
  6. Bonjour Rodolphe,
    Je découvre votre site, de recherche et de vulgarisation et notamment votre vidéo sur le taux de retour énergétique dans la BD de Jancovici. Merci à vous pour ce travail méticuleux et documenté, sur cette question épineuse. Etant moi-même de formation docteur ingénieur (en génie électrique… mais c’est loin, j’ai 65 ans…) j’apprécie votre rigueur, concernant les chiffres et les méthodologies, et votre pédagogie.
    La première heure de la vidéo m’a bien convaincu, sur les aspects de méthodes, sur les références, et sur la louable tentative d’améliorer les estimations. En revanche, je me démarque un peu de vos conclusions (qui ont le mérite d’être ouvertes au débat !).
    Un petit « détail », qui a toute son importance sur l’opinion qu’on peut se faire et les choix sociétaux : vous citez à bon droit la bulle de la BD de Jancovici (p.62) et vous y revenez à la fin de la vidéo en la reformulant ainsi : « le passage aux énergies renouvelables sonne la fin de notre société complexe… » Ce n’est pas ce que dit Jancovici : « le retour aux énergies renouvelables ne permettra pas de garder une société d’abondance complexe… ».
    Il y a plus qu’une nuance, presque une béance, entre une chose qui « sonne la fin » d’une époque, et une chose qui « ne suffit pas à éviter cette fin » et ce n’est pas là un détail rhétorique. Si je comprends la différence entre votre point de vue et celui de Jancovici, vous semblez penser que notre société peut rester une société d’abondance grâce aux énergies renouvelables, tandis que Jancovici dit que c’en est fini de notre société d’abondance (qui a démarré avec l’essor industriel, et les énergies fossiles il y a 2 siècles), malgré l’apport bénéfique de ces nouveaux modes de production d’énergie renouvelable.
    Bien sûr, comme vous le dites très bien, la question du taux de retour énergétique qui fait l’objet de votre excellente vidéo n’est qu’un maillon du problème global et cette notion ne suffit pas du tout à tirer des conclusions. Vous avez d’ailleurs l’honnêteté, à la fin (et je vous en félicite), de faire parler votre clone contradicteur qui soulève les objections sur toutes sortes de problèmes : les conditions d’extraction des terres rares (pollutions , conditions de travail, etc), l’intermittence et le taux de disponibilité de l’éolien et du solaire, sans compter comme pour les fossiles, les problèmes géopolitiques, techniques, écologiques, du traitement, du transport, de la distribution des ressources, et des usages…
    Vous aurez peut-être deviné que, pour ma part, je ne crois pas que notre société d’abondance puisse durer au-delà des décennies qui viennent, malgré les « solutions » espérées… Dans des problèmes aussi vastes et complexes, on revient, malgré la rigueur scientifique, aux vieilles oppositions binaires (que les médias de masse ont tendance à accentuer de façon caricaturale) entre optimistes et pessimistes, entre idéalistes et réalistes… Mais essayons de ne pas s’enfermer dans ces oppositions massives, ce en quoi votre travail est à saluer.
    Merci encore pour votre travail rigoureux qui apporte sa pierre au débat. Il est tout à fait bienvenu, notamment, de bien expliquer toute la chaîne de l’énergie, de l’extraction aux usages finaux, de l’énergie primaire à l’énergie utile, ce qui permet de clarifier les problèmes de méthodologie que vous soulignez.
    Vous avez raison aussi de regretter l’absence de sources de Jancovici dans sa BD. Suivant (de loin) le travail que font les Shifters, je sais qu’ils travaillent sur des sources scientifiques et institutionnelles dignes de ce nom (dont le RTE, le GIEC etc), et je suppose que c’est dans un souci de s’adresser au plus grand nombre qu’il a omis les sources dans sa BD. Mais votre vidéo corrige de façon convaincante le tableau de la p. 62.
    J’espère ne pas avoir été trop long… Merci de votre attention, merci pour votre site, et continuez sur votre voie ! Bien cordialement. Jef Ballay

    Répondre
  7. Bonjour,

    Je travaille dans le solaire et tiens a vous remercier pour votre vidéo sur le temps de retour énergétique.
    Je pense qu’il y a besoin de vous pour faire une video tout aussi pédagogique sur le temps de retour en terme de Co2. Il persiste en France l’idée que comme il y a déjà le nucléaire, il n’y a aucun interet a faire du solaire et éolien en termes de Co2 évité.

    C’est vrai que dit ainsi, ça parait évident, mais c’est:
    -ignorer que la france est connectée à ses voisins qui ont bien peu de nucléaire et solaire&éolien
    -ignorer comment fonctionne le systeme électrique (solaire&eolien ne remplacent que tres rarement du nucléaire, et ceci est intrinsèque)
    -ignorer que le nucléaire est vieillissant, et qu’EDF elle-même indique ne pas mettre en route un premier EPR 2 avant 2035
    -ignorer que la transition énergétique impose de passer plein d’usage à l’électricité. Donc une demande grandissante.

    Dans ma boite nous sommes meme confrontés à des réponses de MRAE (Missions régionales d’autorité environnementale) sur nos demandes de Permis de construire, qui nous disent que nos références indiquant pres de 500 gCo2/kWh évité, (source RTE) ne sont pas valides, et nous opposent une methode qui parvient à 5g de Co2 evité par kWh… (lunaire!)

    Les autorités régionales environnementales elles même, alors que c’est censé être leur expertise, n’ont pas la culture G, ne savant pas qu’un projet de centrale solaire au sol, meme en France, rembourse sa dette carbone en 1 à 3 ans.

    Que penseriez vous de faire une vidéo spécifiquement sur ce sujet? Je suis tout a fait en mesure de vous renseigner sur le sujet, références à l’appui et supports pédagogiques déjà prets. Même de vous mettre en relation avec le Syndicat des Energies Renouvelables.

    On a besoin de remporter la bataille de l’opinion, et ca passe par de la pédagogie grand public comme vous.

    Contactez moi poru en discuter, s’il vous plait
    06 13 76 11 65
    gabriel.brezet@photosol.fr
    ps: Photosol est l’une des plus grosse entreprise en solaire au sol, probablement dans le top 6

    Répondre
  8. Bonjour,
    Je vois passer régulièrement une étude « mineral ressources and energy, future stakes in energy transition » d’Olivier Vidal de 2018, qui établi une comparaison de consommation de matériaux de construction par filière de production d’électricité (tonnes de matériaux consommées par MWh produits). Il en ressort des consommations de matières nettement plus importantes pour les filières EnR que pour les filières fossiles et nucléaires.

    Avez-vous connaissance de cette étude ? Si oui, avez-vous un avis sur la fiabilité de sa méthodologie ?
    (je pose la question ici, car je trouve que l’approche est assez similaire à celle du calcul du taux de retour énergétique).
    Bonne journée

    Répondre
    • Bonjour,
      Je suis relativement familier des travaux d’Olivier Vidal mais je ne me souviens pas de ce papier en particulier.
      Je ne pense pas que l’expression « consommation de matières » soit correct puisqu’il faudrait alors inclure la consommation de ressources fossiles. Si on fait ça, la consommation de matières des ENRs va être beaucoup plus faible que celle des ressources fossiles (je dirais deux ordres de grandeur inférieur).
      J’en parle un peu dans la prochaine vidéo. Et, pour les consommations de métaux, j’ai déjà abordé la question, voir par exemple la vidéo sur l’éolien en mer.

      Sinon, ce papier vient de sortir qui peut vous intéresser : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0360544223035065?via%3Dihub

      Bonne journée.

      Répondre

Laisser un commentaire